2010-10-21 - La norme internationale ISO sur la RSE est votée : RS 26000

PhotoPhilbarAprès 3 ans de travaux, la norme RS 26000 a enfin été adoptée au mois de Septembre 2010 au niveau international comme l'instrument de référence pour les entreprises et organisations souhaitant mettre en oeuvre une démarche globale de management axée sur la Responsabilité des parties prenantes, tant en interne et qu'en externe.

 

Contrairement à l'ISO 9001 et 14001, la norme RS 26000 qui fixe des lignes directrices sur les 4 piliers que sont la Gouvernance, le Social (interne à l'entreprise), l'Environnement et l'Engagement Sociétal (externe à l'entreprise) n'a pas vocation à certification.

 

Il est important de noter que l'appellation désormais retenue pour la RSE est bien « Responsabilité SOCIETALE d'entreprise » et non plus « responsabilité sociale d'entreprise ».

 

La RS 26000 constitue à la fois :

-un guide de comportement des acteurs internes de l'entreprise (Administrateurs, dirigeants et cadres, employés) de par les principes qu'elle véhicule : Rendre compte, Transparence, Ethique, Respect des intérêts des parties prenantes, etc....,

-un guide de comportement de l'entreprise dans sa relation avec la localité d'implantation, sa relation avec la société dans le pays d'implantation et dans ses relations avec le commerce international, 

-et un outil stratégique qui permet aux dirigeants d'assurer un suivi des performances de l'entreprise et/ou de l'organisation à partir d'indicateurs mesurables non plus restreints aux seules considérations financières mais intégrant à la fois des considérations sociales, environnementales et sociétales (indicateurs extra financiers)

 

Il faut s'attendre en effet à terme à ce que le mouvement enclenché par la RSE, à travers cette nouvelle norme et les nouvelles exigences du système financier international à l'endroit des entreprises pour prendre davantage en compte les considérations sociales et environnementales, va engendrer des innovations en matière comptable, financière et de contrôle de gestion.

 

Le premier principe de la RSE qui est « RENDRE COMPTE » apparaît comme fondamental tant il s'applique à tous les acteurs de l'entreprise et de l'organisation, à ses parties prenantes mais au-delà aux gouvernants et gouvernés (à tout citoyen).

 

L'application de ce principe n° 1 de la RSE va nécessiter la mise en oeuvre dans les entreprises et organisations privées et publiques d'une démarche RSE dont la finalité sera la capacité de celles-ci à bien communiquer, et en toute transparence, tant en interne qu'en externe, sur leurs performances et leurs processus de dialogue avec leurs parties prenantes.

 

La publication des pratiques et projets axés autour de la RSE ainsi que la production des rapports de Développement Durable vont ainsi devenir progressivement une exigence pour les entreprises et les organisations : autant pour celles des pays du Nord, des pays émergents que celles des pays en voie de développement, en particulier en Afrique.

 

Les initiatives collectives se sont multipliées ces dix dernières années en Europe, aux Etats Unis, au Canada, en Asie, en Amérique Latine pour renforcer les capacités des entreprises et organisations à intégrer la RSE dans leur système de management. C'est ainsi que l'on dénombre de par le monde plusieurs associations d'entreprises sur la RSE, le plus souvent appuyées par les pouvoirs publics à l'instar du Canada avec la stratégie RSE du Gouvernement canadien.

 

En Afrique, à part l'Afrique du Sud et les pays d'Afrique de l'Est (Kenya, Ouganda, etc...), les initiatives collectives RSE sont encore peu courantes du fait d'un manque d'anticipation tant des pouvoirs publics que du secteur privé. 

 

Il est important que les entreprises implantées en Afrique de l'Ouest puissent se fédérer en une coalition régionale pour non seulement renforcer leurs capacités d'intégration du concept de la RSE mais également pour contribuer davantage dans la Bonne gouvernance (y compris la lutte contre la corruption) et dans l'atteinte des Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) tel que souhaité par les Chefs d'Etat lors du dernier Sommet France Afrique en Juin 2010 et lors de le la dernière assemblée générale des Nations Unies en Septembre 2010.

 

L'instrument pour élever le niveau d'engagement sociétal des entreprises dans le cadre de la Responsabilité sociétale existe à travers le Partenariat Public Privé (PPP). Il reste tout simplement à promouvoir dans le cadre de la RSE le concept des PPP :

 

-en favorisant le dialogue entre ces deux parties, le Public et le Privé, dont les considérations et approches du développement sont souvent bien distantes,

-en facilitant la compréhension des enjeux, des intérêts et des attentes de chacune des deux parties

-et surtout en recherchant, à titre de récompenses et d'encouragements, des incitations publics pour les entreprises socialement engagées.

 

C'est tout le sens de l'Initiative RSE Sénégal et des objectifs du Forum de Dakar sur la RSE dont la 3ème édition est prévue en Mars 2011