2012-02-23 - Contribution de RSE Senegal pour l'OIF et la Conférence RIO+20

Nous vous faisons part ci-après de :

 

PhotoLyonAmath1-la contribution présentée par MM.BARRY et BA de RSE Senegal lors de l'atelier RSE. Cette contribution donne une perception sur le niveau d'appropriation du Développement Durable et de la RSE par le Secteur privé et les entreprises du Sénégal et de la sous-région ouest africaine. Elle vise à partager également l'expérience vécue par l'Initiative RSE Sénégal dans le déploiement de la RSE au niveau national, dans un pays francophone d'Afrique de l'Ouest.

à télécharger  

 

 

2- le déroulement du Forum Francophone de Lyon préparatoire à Rio+20

 

Session inaugurale en présence de :

  • SEM.Abdou DIOUF, Secrétaire général de l'OIF
  • SEM.Mahamadou ISSOUFOU, Président du NIGER
  • SEM.Sassou NGUESSO, Président de la République populaire du CONGO, porte parole des Chefs d'Etats africains membres de l'OIF lors du prochain Sommet RIO+20
  • M.Gérard COLLOMB, Maire de la ville de Lyon
  • M. Jean-Pierre RAFFARIN, Ancien Premier ministre, Représentant personnel du Président de la République française au Conseil permanent de la Francophonie
  • M. Brice LALONDE, Ancien ministre, Coordonnateur exécutif aux Nations unies de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable

 

EXTRAIT DE L'APPEL DES PARTICIPANTS DU FORUM DE LYON - 8 et 9 Février 2012

La Déclaration du XIIIe Sommet des Chefs d'État et de gouvernement (Montreux, Suisse, 22 octobre 2010) a réaffirmé la nécessité de renforcer la solidarité francophone face aux grands défis du développement durable, et notamment la sécurité alimentaire, la désertification, le changement climatique, la diversité biologique.

A cette occasion, les Chefs d'État et de gouvernement ont pris l'engagement de rechercher des positions concertées en vue de la Conférence des Nations unies sur le développement durable de Rio en 2012 ; l'Organisation s'est donc attachée à mobiliser, pour la réussite de cette conférence, ses États et gouvernements membres, sa communauté scientifique, ses responsables locaux et sa société civile.

 

PREAMBULE

Conscients du fait qu'il n'y a aucun exemple de développement réussi sans ancrage dans la culture qui en constitue le principal moteur pour toute société, nous soulignons la nécessité de promouvoir le pluralisme culturel mondial comme fondement d'un développement humain harmonieux et durable.

Les résultats escomptés par l'ensemble des propositions et programmes d'action issus du Forum et proposés à Rio doivent donc tenir compte de la dimension transversale de la CULTURE dans les stratégies d'élaboration et de mise en oeuvre. La culture, dans le respect des valeurs universelles des droits de l'homme, est en effet un vecteur essentiel à la fois de bonne gouvernance et de développement durable.

 

ATELIER SUR LA RSE

à Présidé par M.Alan BRYDEN, ex Secrétaire Général de l'Organisation Internationale de Normalisation (ISO)

à Parmi les participants, la présence du Vice Président et du Secrétaire général du Réseau Normalisation et Francophonie (RNF) : MM.Barama SARR et Alain DURAND (ci-dessus)

 PhotoLyonRnf

EXTRAIT DES RECOMMANDATIONS (PARTIE RSE)

La Responsabilité sociétale (sociale et environnementale) des organisations, notamment les lignes directrices de la norme internationale ISO 26000 constitue la contribution des organisations de toute nature au développement durable. Elle encourage les organisations du public comme du privé et de la société civile à appliquer le droit national et à s'inspirer dans leurs pratiques des «normes internationales de comportement». À cet effet, le déploiement de l'ISO 26000 est un enjeu public et privé.

Il s'agit d'un enjeu public car il constitue une opportunité de promotion du droit, des engagements publics et de bonnes pratiques en matière de développement durable. Il contribue à la gouvernance en offrant un cadre de mise en oeuvre des engagements internationaux, des stratégies nationales de développement durable et des Agendas 21 locaux.

Il s'agit aussi d'un enjeu privé pour toutes les organisations qui peuvent y trouver les lignes directrices de leur contribution au développement durable et des bases de partenariats pour se faire.

Dans cet esprit, il est proposé la mise en place d'un partenariat international pour le développement durable sur la responsabilité sociétale permettant la mise en oeuvre concrète et l'implication des organisations publiques, de l'entreprise privée et des acteurs de la société civile.