2008-03-19 - Centre sectoriel formation en Tourisme : pré requête

PhotoHotelFamilleLes professionnels du Secteur de l'Hôtellerie et du Tourisme s'engagent dans une démarche partenariale visant la mise en place d'un nouveau dispositif de formation. Après le Secteur agroalimentaire, le Secteur du bâtiment et travaux publics et le Secteur des acteurs Portuaires, au tour des professionnels du Secteur de l'Hôtellerie, de la Restauration et du Tourisme d'être en voie de solliciter l'appui technique et financier du Ministère de l'Enseignement de l'Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle (METFP) et l'Agence Française de Développement (AFD) pour la mise en place d'un nouveau dispositif de formation axée sur la création d'un Centre sectoriel de formation aux métiers de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme.

 

La branche professionnelle de l'hôtellerie, de la restauration et du tourisme représentée par les représentants du Syndicat Patronal des Industries Hôtelières du Sénégal (SPIHS), de l'Organisation Nationale pour l'Intégration du Tourisme Sénégalais (ONITS) et du Syndicat des Agences de Voyage et de Tourisme au Sénégal (SAVTS) vient de pré-valider une requête à adresser au Ministère chargé de la Formation professionnelle pour le financement d'une étude d'opportunité visant la création d'un nouveau dispositif sectoriel de formation. Afin de bien formuler ladite requête, les professionnels ont pu bénéficier des conseils de M.Philippe BARRY du Cabinet CFPMI en tant qu'expert du Secteur privé et de l'assistance de M.Patrick DUJARDIN de l'Unité de Suivi et de Coordination des Projets (USCP) du METFP.

 

Cette réunion de pré-validation s'est tenue le 04 Mars 2008 en présence de plusieurs représentants du SPIHS (MM.Christian MAURY, Francis THUREAU, Moustapha KANE et Pape Abdoul NIANG), de l'ONITS (Doudou DIOP et Idrissa BADJI) et du SAVTS (Cheikh GAYE) et de l'AFD (Claire FARGEAUDOU).

Ouvrant la séance, M.Patrick DUJARDIN de l'USCP a rappelé les grands principes qui soutendent la démarche partenariale pour la création des Centres sectoriels, et qui répondent à un axe important de la Coopération économique franco sénégalaise, à travers le Programme d'Appui au Renforcement de la Compétitivité des Entreprises du Sénégal (PARCES) :

-il s'agit d'une démarche de partenariat public privé, ayant pour finalité la création d'un centre de formation dont le patrimoine est dévolu à l'Etat du Sénégal mais avec une gestion privée, contrôlée par la branche professionnelle du Secteur ;

-une étude d'opportunité à la création du Centre sectoriel est réalisée par la branche professionnelle sous la responsabilité de l'organisation patronale la plus représentative (SPIHS) et sous la supervision d'un Comité de pilotage public privé. L'élaboration de la requête de financement est du ressort de la branche professionnelle et sa transmission assurée par l'Organisation la plus représentative. Pour la réalisation de cette étude, l'organisation sénégalaise peut se faire assister d'une branche professionnelle homologue française, dans le cadre d'un partenariat Nord - Sud qui favorise un transfert de méthodologies.

-Si l'étude confirme l'opportunité d'un Centre sectoriel pouvant assurer formation continue (sur financement des entreprises) mais également formation initiale (sur financement de l'Etat), l'Etat en assure alors la construction avec un concours financier de l'AFD.

-Le Centre est dirigé par un Conseil d'administration avec une représentation Public Privé, le poste de Président du Conseil revenant obligatoirement à un représentant du Secteur privé.

PhotoHotelSalle

M.Philippe BARRY du Cabinet CFPMI a présenté la requête qui donne un aperçu sur :

- les principaux acteurs de la branche professionnelle ;

- les filières actuelles de formation ;

- l'état des lieux du secteur avec notamment ses atouts mais également ses contraintes ;

- les attentes et besoins des professionnels par rapport au domaine de la formation

 

Il est ressorti de ce pré diagnostic ante étude d'opportunité les principaux facteurs suivants :

*bien qu'il existe plusieurs associations aux intérêts complémentaires, cette requête permet aux acteurs de la branche de se retrouver autour de la question essentielle qui « mine » leur secteur, à savoir : le manque de qualification et de compétence d'une grande partie du personnel évoluant dans les entreprises au moment où de nouveaux et importants investissements hôteliers et touristiques sont réalisés ou en cours de réalisation ;

*l'unique Ecole Nationale Hôtelière et Touristique ne répond plus aux attentes des professionnels tant en ce qui concerne le volume d'étudiants formés qu'en ce qui concerne leur niveau de formation et d'adaptation au milieu de l'entreprise ;

*l'absence d'investissements significatifs de la part de l'Etat et du Secteur privé dans le domaine de la formation est une des causes importantes de la chute du taux d'occupation des réceptifs hôteliers en même temps que la dégradation progressive du taux de non retours au Sénégal des touristes.

*alors que le Sénégal présente des atouts non négligeables pour se positionner parmi les grandes destinations touristiques d'Afrique : position géographique, taux d'ensoleillement, plages et surtout un véritable potentiel dans le sous secteur du Tourisme responsable au niveau des régions décentralisées.

 

Quelques chiffres clés (source Ministère chargé du Tourisme - 2006) :

-recettes touristiques = 306,2 milliards de FCFA,

-arrivées globales de touristes = 866.154

-réceptifs = 815 réceptifs

-taux d'occupation moyenne relativement faible = 34.77%.

-durée moyenne de séjour hôtelière est de 3,5

-le secteur compte environ 75.000 emplois directs et 25.000 emplois indirects