2008-04-05 - COCA COLA- l'exemple de la lutte contre le Sida au Nigéria

 

« Quand les habitants d'un pays sont en bonne santé, cela a une influence favorable sur le commerce et la croissance économique du pays, de même que pour son commerce et ses investissements. C'est pour cette raison que le Système Coca Cola s'est engagé à améliorer le bien-être des individus qui peuplent les villes où nous sommes présents, puisque l'avenir de notre entreprise dépend de la vitalité de leurs habitants. Conjointement avec nos partenaires embouteilleurs et nos fournisseurs, les autres entreprises et les autorités locales, les organisations gouvernementales et non gouvernementales, nous travaillons à améliorer la vie des gens, à alimenter les économies locales et à protéger l'environnement pour assurer un avenir commercial plus prometteur en Afrique. »

Alexander B.Cummings, Président et Chef exécutif de la Société Coca Cola en Afrique

 

La contribution « sociétale » de COCA COLA en Afrique : l'exemple de la lutte contre le Sida au Nigéria  

« De retour sur le campus », la Fondation Coca-Cola Afrique (TCCAF) a renouvelé son financement  du Programme Coca-Cola Vih/Sida auprès des Universités au Nigéria. Le programme est interactif et fut développé par Coca-Cola Nigeria Ltd (CCNL) ; il est destiné à accroître la conscience de ces fléaux dans l'esprit des étudiants des universités du Nigéria, car ces jeunes représentent un groupe particulièrement vulnérable.

 

Cette année, le programme a été lancé à l'Université d'Abuja pendant la semaine du 15 Octobre et il s'est étendu à quatre universités nigériennes : celles d'Abuja, d'Ahmadou Bello, de Benue State et du Bénin.

 

« Cette initiative fait partie de l'engagement de la Société Coca-Cola en favuer de la promotion de la Santé et du bien-être des pays d'accueil. Le but général est de convaincre les populations estudiantines de la gravité du virus Vih et de faire en sorte qu'ils n'y laissent pas leur santé, pour devenir ainsi des citoyens productifs de la société », a déclaré Irene Ubah, Directrice des Affaires Publiques et de la Communication pour CCNL.

 

Les séances interactives prévues au programme comportaient des conférences données par un orateur invité pour la circonstance, dont la caractéristique est qu'il a été touché par la maladie mais n'en continue pas moins de vivre positivement, ce qui a donné une occasion aux délégués de participer à des séances de conseils bénévoles et de dépistage gratuit. De plus, l'un des quatre journalistes accompagnant le projet dans chacune des universités était ainsi aux premières loges pour tester le programme.

 

Au programme des activités

Cette initiative s'est étendue sur une semaine entière, dans chaque campus et elle était destinée à faire passer les messages les plus importants : connaître sa situation personnelle par rapport à la question, éviter les comportements sexuels à risque et cesser de stigmatiser ou de faire subir des discriminations aux personnes atteintes par cette maladie.

Etaient prévues au programme les activités suivantes :

Þ     Une campagne de conscientisation et de mobilisation

Þ     Une pièce de théâtre intitulée l'Espoir d'Atake

Þ     Une séance interactive entre le Public et les volontaires de la lutte contre le virus Vih et le Sida

Þ     Des sessions de conseils bénévoles et confidentiels de même que des services gratuits de dépistage

Þ     Un suivi des étudiants qui se sont présentés grâce à la participation d'une ONG