2007-09-20 - la CBAO vers une position de leader

LA CBAO CONFORTE SON LEADERSHIP : 240 milliards FCfa de crédits bancaires aux entreprises

Le rapport du conseil d'administration à l'assemblée générale ordinaire du 05 avril 2007 pour le bilan et le compte de résultat de l'exercice sociale 2006 de la Compagnie bancaire de l'Afrique occidentale (Cbao), rendu public, hier, par la direction générale de la Cbao, place la banque au premier rang des institutions financières sénégalaises et au 2ème rang au niveau de l'espace Uemoa.

Au 31 décembre 2006, la Cbao détient 23 % de parts de marchés pour le critère des ressources « clientèle » qui ont connu une progression de l'ordre de 12 %, ce qui s'est traduit par une fortification de la masse de dépôts à vue qui est à 331 milliards FCfa et une consolidation des comptes d'épargne. Quant aux crédits directs (hors marché financier), ils sont à 19,71 % tandis que les engagements par signature avec 156 milliards FCfa soit une progression de 8 %, correspondent à une position de place de 36,42 % contre 36,2 % au sortir de l'année 2005.

En sus, le résultat brut d'exploitation en 2006, comparé à 2005, a connu une hausse de 17 % avec le produit net bancaire qui s'est fortifié avec 28 milliards FCfa. Également, l'évolution des principaux soldes de gestion au plan financier et un résultat net de 10 milliards 116 millions FCfa sont venus conforter les résultats de la banque au titre de l'année 2006. C'est fort de toutes ces performances que « la Cbao, d'après la commission bancaire, a atteint en 2006 un total de bilan de 443 milliards FCfa, en progression de 26 % sur l'exercice 2005, la plaçant ainsi au premier rang du paysage bancaire sénégalais devant la Sgbs et la Bicis et à la 2e place au sein de l'Uemoa derrière la Sgbci », dira Patrick Mestrallet, son Administrateur directeur général.

Ainsi, « de façon incontestable, la Cbao est bien la première banque du Sénégal, première place qu'elle retrouve et que son histoire lui assigne depuis sa création à Saint-Louis en 1853 », a rappelé M. Mestrallet. Cela s'est traduit par la contribution de la Cbao à la poursuite du financement de l'économie sénégalaise. À en croire M Mastrallet, « pendant que le volume global des crédits bancaires au Sénégal progressait d'environ 12 %, celui des emplois directs de la banque s'affirmait de près de 24 % à plus de 240 milliards FCfa à fin 2006 ». En plus d'une politique commerciale mise en œuvre avec succès, la Cbao est engagée dans la poursuite de diversification de ces produits bancaires à travers ses trente-deux agences disséminées sur tout le territoire. À cela s'ajoute un important chantier de modernisation et de sécurisation des opérations bancaires, grâce à la monétique, pour satisfaire sa clientèle exigeante dans un contexte de concurrence impitoyable.

Aussi, la banque, « au moyen de son savoir-faire et sa réactivité" va-t-elle "poursuivre ses efforts d'adaptation, de compréhension et de mise en place de concours financiers structurés auprès des entreprises publiques comme privées, mais aussi pour appuyer les Pme ", a encore soutenu M. Mastrallet, comme l'atteste, du reste, le volume des engagements par signatures. Parallèlement, il annoncera que « la banque s'engage à mettre en place une structure financière décentralisée avec la mise en place en perspective de fonds spécialisés pour la création de cette institution de micro finance qui n'attend que l'agrément de la tutelle et l'autorisation de la banque centrale pour être opérationnel ». Enfin, il déclinera les priorités de la banque dans les cinq années à venir et qui se résument en une consolidation de sa productivité et la conservation de ses positions compétitives.