2007-12-18 - REVUE ANNUELLE SENEGAL-CANADA 2001-2011 - La coopération a pesé 25 milliards en 2006


Le programme de coopération Sénégal-Canada 2001-2011 a été passé au peigne fin hier, à l'hôtel Savana. La revue annuelle a permis aux deux parties de s'assurer de la bonne mise en œuvre de l'ensemble des secteurs du programme, d'identifier les principales contraintes, de tirer les leçons et formuler des recommandations appropriées pour atteindre les objectifs assignés.

 

Le dynamisme de la coopération canadienne au développement au profit du Sénégal a été magnifiée par les participants à la revue du programme de coopération entre les deux pays. L'éducation, la décentralisation, la microfinance, l'entreprenariat rural, la promotion de la bonne gouvernance, l'approche genre constituent autant de secteurs qui sont polarisés par le programme. Et en 2006, le Canada a approuvé un montant total d'environ 25 milliards FCfa dans le cadre de ses initiatives en faveur du Sénégal. Lesquelles ont grandement contribué à la consolidation du partenariat exemplaire aux quadruple plan diplomatique, économique, commercial et culturel. Ce qui fera dire à son Excellence Jean Pierre Bolduc, nouvel Ambassadeur désigné du Canada au Sénégal que « le Canada a décidé de concentrer et de renforcer son aide au développement en faveur du Sénégal ».

 

Cet engagement de M. Bolduc trouve son fondement dans les résultats glanés au cours de l'année 2007. En effet, le secteur de l'Education a bénéficié de la part du lion pour avoir bénéficié de près de 70 % des ressources approuvées par l'Agence canadienne de coopération internationale (Acdi), soit 17,5 milliards FCfa. Une année faste de « grand labeur et de belle moisson marquée par le démarrage de plusieurs initiatives avec l'utilisation de l'approche par compétences qui s'est développée de plus en plus dans les différents ordres d'enseignement », a - t-il estimé. Et de ce fait, le Canada est devenu « le premier partenaire technique et financier du Sénégal aussi bien dans la mise en œuvre du Programme décennal pour l'éducation et la formation (Pdef) que dans l'utilisation de la modalité de l'appui budgétaire sectoriel pour son financement », a t-il poursuivi.

 

Par ailleurs, l'appui à l'entreprenariat paysan a permis au Sénégal de se doter d'un Schéma directeur d'aménagement de la Grande côte pour valoriser les ressources naturelles des Niayes. Tandis que le projet d'amélioration de l'encadrement du secteur de la micro-finance et de l'offre de services en milieu rural a permis la recherche et l'expérimentation de nouveaux financiers décentralisés adaptés aux productions agricoles.

 

C'est ainsi qu'en matière de gouvernance, de décentralisation et de contrôle citoyen par les médias et la société civile, d'égalité entre les femmes et les hommes, de microfinance et d'éducation, le programme « planifie actuellement des interventions d'envergure, en ligne avec les objectifs du cadre de programmation arrêtée », a- t-il soutenu. Les différentes présentations des secteurs sous la houlette de Massar wagué, Directeur de la coopération économique et financière (Dcef) du Ministère de l'Economie et des Finances ont permis aux participants de se faire une idée plus nette de l'intervention du Canada au Sénégal.

Sud Quotidien 18/12/07