2008-03-05 - COOPERATION Sénégal/Belgique- 95 % des contributions sont sous forme de dons

La coopération entre le Sénégal et la Belgique a été revisité ce mardi 4 mars 2008 par l'ambassadeur de la Belgique à Dakar qui a fait face à la presse dans sa résidence. Un compagnonnage vieux d'une quarantaine d'années qui a vu une aide publique belge au développement connaître une évolution certaine. Un compagnonnage qui a été redimensionné, suite au 11ème Commission mixte entre les deux pays ayant déterminé les axes de la coopération dans un nouveau Programme indicatif de coopération (Pic) 2007-2009. Un programme de 24 millions d'euros prévu sur trois années dans des domaines des infrastructures de base et dans l'économie sociale (micro crédit et micro-assurance santé). Une contribution qui, d'après l'ambassadeur de la Belgique à Dakar, Georges Sami Godart, depuis 2006, confère au Sénégal la place de troisième pays qui reçoit le plus d'aide belge au développement, en dehors de ceux avec qui ce pays européen entretient des relations historiques. Le chef de la diplomatie belge de préciser que « 95 % des contributions accordées au Sénégal sont sous forme de don ».

 

L'assistance belge au Sénégal compte se poursuivre sur cette lancée. La Belgique ne compte pas ainsi s'engouffrer dans l'aide publique au développement actuellement en vogue dans le cadre de la coopération que le Sénégal entretienne avec ses partenaires au développement. « Pour l'instant nous avons choisi d'opter d'aller directement vers les populations et non de faire de l'appui budgétaire », a fait savoir l'ambassadeur de la Belgique au Sénégal. Sur la même lancée, son conseiller à la coopération, Docteur Marc De Feyter, de préciser que « les secteurs dans lesquels nous intervenons ne sont pas encore très organisés pour appliquer l'appui budgétaire comme c'est le cas de l'éducation avec le Pdef qui tient des revues habituelles ». De l'avis de l'ambassadeur de la Belgique à Dakar, « la première image qui frappe au Sénégal c'est le contraste qui existe entre les zones urbaines et les régions ».

 

Ce qui explique certainement le choix que la Belgique a pris en concentrant ses interventions au Sénégal dans le bassin arachidier notamment les régions de Kaolack, Diourbel et Fatick. Une option qui, selon le conseiller à la coopération, permet de concentrer les moyens pour avoir une masse critique. C'est ainsi que sur les 16 millions d'euros dépensés en 2006, huit millions d'euros ont été alloués aux trois régions sus citées et le reste fait l'objet d'appui direct dans des sous-secteurs comme la micro finance, la micro-assurance, le maraîchage... Le conseiller à la coopération avance que « ça fait plus d'une quinzaine d'année que la Belgique s'active dans le secteur de l'assainissement ». Un secteur dans lequel, a t'il fait savoir, la Belgique fait parti des principaux bailleurs notamment en contribuant dans le Pepam (Programme eau et assainissement pour tous) en vue des Objectifs du millénaire pour le développement (Omd). A l'en croire, son pays compte renforcer son intervention dans le secteur de la micro finance. « Notre intention revient à accompagner les réseaux émergents de micro finance qui veulent se développer dans le bassin arachidier ». Les autorités belges à Dakar ont également fait allusion à la délégation régionale « Afrique de l'Ouest » de Wallonies-Bruxelles. Une structure dont la présence contribue, selon eux, au développement du pays d'un programme de coopération entre le Sénégal, les régions Wallones et Bruxellois et la Communauté française de Belgique a hauteur de 1,5 millions d'euros.

 

Malgré ces efforts notés, la Belgique ne figure pas parmi les plus grands bailleurs de fonds du Sénégal. Selon le Docteur Marc De Feyter, « la Belgique ne pèse que 1% de l'aide publique au développement du Sénégal ». Concernant les flux commerciaux entre les deux pays, l'ambassadeur de la Belgique l'a évalué à 100 millions d'euros. Pour ainsi inverser cette tendance, la représentation diplomatique belge à Dakar a exprimé la nécessité de mettre en œuvre de nouveaux instruments dans le cadre de leur coopération avec le Sénégal notamment avec des acteurs non traditionnels comme les médias, la société civile, les Ong... L'ambassadeur de la Belgique à Dakar pense à une dynamisation de la coopération bilatérale basée sur la recherche d'un partenariat nouveau.

Sud Quotidien 05/03/08