2007-10-02 - L'ENERGIE COUTE CHER !

L'énergie coûte cher. On le constate régulièrement à l'essencerie ou à la lecture de sa facture d'électricité .Il n'est pas étonnant, dès lors, que d'aucuns cherchent des moyens nouveaux de produire de l'énergie.

 

En 2006, une enquête réalisée auprès des patrons de PME sénégalaises avait mis en évidence les freins qui bloquaient leurs tentatives de produire de l'énergie avec de la biomasse.

Cette constatation a conduit la réflexion un peu plus loin : un atelier sectoriel a été organisé à Dakar. On y a vu des patrons de PME ainsi que des représentants d'organisations patronales. Il s'agissait d'analyser les blocages et de chercher dans les propositions des participants, les moyens concrets du développement des projets biomasse-énergie.

 

L'utilisation efficace de la biomasse pour la production d'énergie par les PME fait,par ailleurs,l'objet de d'un accord de coopération entre le Sénégal et la Région wallonne. C'est le projet ENEFBIO, cofinancé par l'union européenne.

 

Les 5 et 6 septembre 2007, le Centre wallon de recherche agronomique, l'ONG ENDA-Energie et l'ITEBE (France) ont organisé à Dakar un « Dialogue sur les stratégies d'intégration de la bioénergie au sein des PME au Sénégal ».

 

Cette rencontre qui a rassemblé des décideurs nationaux de haut niveau du domaine de l'énergie, de la finance et de l'environnement, a permis de débattre sur les moyens d'améliorer le cadre administratif et réglementaire auquel sont soumis les projets de production de biomasse-énergie des PME au Sénégal.

 

Le dialogue visait donc à débattre sur les propositions de solutions suggérées par les concernés.

Les thèmes majeurs abordés par les participants ont concerné :

-le développement et l'accès aux produits financiers adaptés aux projets bioénergie ;

-le cadre tarifaire et réglementaire incitatif

-la création et le développement d'outils de gestion des connaissances (centre de ressources) au bénéfice des professionnels du sous-secteur

 

Le départ est donné ;la motivation est bien présente. Et comment ne le serait-elle pas quand il s'agit de réduire la facture énergétique ?