Intégrer la dimension RSE dans les politiques de management des entreprises

 

PhotoElHadjSarrpar Monsieur Elhadji SARR, Chef du Département Management et Formation à la Direction des Ressources Humaines de la SONATEL

 

Lors d'un « Café RH » organisé par l'association ANDCP Sénégal, Monsieur SARR a introduit une présentation sur le thème « Développement Durable et Responsabilité sociale d'Entreprise (RSE) ». Il a ainsi tracé les voies et moyens à mettre en œuvre pour placer les entreprises sénégalaises sur la trajectoire de la croissance durable, afin d'assurer les conditions d'un développement harmonieux au plan économique et social.

 

C'est autour d'une paraphrase de M.Peter Drucker « dans la société, le plus grand défi que devra relever l'entreprise d'envergure, en particulier la multinationale, sera sans doute sa légitimité sociale : ses valeurs, ses missions, sa vision », que M.Elhadji SARR a bâti son exposé sur la RSE, en y développant cinq (5) parties :

-les enjeux du Développement Durable ;

-les dates repères ;

-le développement durable ;

-le développement durable et la création de valeur ;

-l'exemple de la SONATEL ;

 

1-les enjeux du développement durable sont de plusieurs ordres : Ethiques, culturels, financiers, environnementaux, sanitaires, sociaux et économiques. L'action des différents acteurs (Etat, les institutions, les entreprises, les individus) favorise plus ou moins la résolution de ces enjeux sachant que désormais face au contexte dans lequel évolue les entreprises mais également les populations, nous devons désormais passer à une vitesse supérieure : vers une société où règnent la paix, la liberté, le respect des droits humains fondamentaux et des droits civiques, la liberté d'expression de création, d'entreprendre, etc..

 

2-parmi les dates repères, on peut citer : rapport Bundlandt en 1987 lance le concept « sustainable development » ; Sommet de Rio de Janeiro en 1992 où 192 Etats adhérent concept de Développement Durable ; Protocole de Kyoto en 1997 lance les termes « Développement propre » et « permis à polluer » ; En 2000, la Déclaration du Millénaire est prononcé avec notamment les Objectifs du Millénaire pour le Développement (OMD) ; enfin en Août 2002, le Sommet mondial de Johannesbourg pose les jalons d'un véritable partenariat soutenu par des engagements . On notera la ferme volonté de Greenpeace qui va dans le sens de la mise en place d'un cadre juridique international sur la RSE.

 

3-Le Développement Durable et la Responsabilité Sociale d'Entreprise : la notion de RSE est liée à l'application par les Entreprises du concept de développement durable qui repose sur trois piliers : économique, social et environnemental. La RSE signifie qu'une entreprise doit non seulement se soucier de sa rentabilité et de sa croissance mais aussi de ses impacts environnementaux et sociaux. Elle doit aussi être plus attentive aux préoccupations de ses parties prenantes (« stakeholders »): salariés, actionnaires, clients fournisseurs et société civile dont les ONG sont les porte-parole

 

 

Positionnement stratégique des entreprises :

Les stratèges : soumises à une forte pression des parties prenantes, ces entreprises font du Développement Durable une opportunité intégréedans la stratégie globale de l’entreprise

Les engagées : face à une pression externe modérée, l’adéquation du Développement Durable avec leurs valeurs permet à ces entreprises de construire une politique globale de responsabilité sociétale, inscrite dans leur stratégie.

Les concernées : en réaction aux pressions de leur environnement, ces entreprises perçoivent le développement durable d’abord à travers les opportunités de marché qu’il offre.

Les proactives : l’anticipation des attentes des parties prenantes et notamment des clients, oriente une partie de l’activité autour d’un positionnement ”développement durable”.

 

Les différentes étapes de mise en place d'une politique orientée RSE :

Phase 1 : Compréhension par les parties prenantes du concept de RSE

Phase 2 : Appropriation du concept RSE par les parties prenantes

Phase 3 : Déploiement de la RSE dans l'entreprise et auprès des parties prenantes externes

Phase 4 : Mise en valeur durable du concept de la RSE par l'entreprise

La démarche : la mise en place d'un Comité Développement Durable va permettre :

-l'Ecoute et dialogue avec les parties prenantes

-l'Elaboration des indicateurs de reporting (GRI)

-le Traitement et synthèse des données qualitatives et quantitatives

-la Rédaction du rapport et du bilan

-l'Analyse des enjeux

4-Développement Durable et création de valeur

Les facteurs clés de succès pour créer le la Valeurr durable :

 

-Poser un diagnostic : Comprendre ou et comment une entreprise crée ou détruit de la valeur pour ses parties prenantes. Anticiper les attentes futures de ses parties prenantes et identifier les questions émergentes clés . Évaluer les risques et les opportunités liés aux impacts actuels de l'entreprise sur ses parties prenantes

 

-Créer de la valeur : Choisir des actions spécifiques qui créent de la valeur pour les actionnaires et pour les parties prenantes ou réduire la destruction de valeur des parties prenantes tout en incrémentant la valeur pour l'actionnaire. Construire un « business case » solide pour impulser des plans d'action et pour obtenir des ressources nécessaires.

 

-S'emparer de la valeur

 

 

5-Comment se traduit la pratique de la RSE à la SONATEL

 

Pour la SONATEL, la RSE c'est :

-la volonté de contribuer à travers son activité au développement durable au bénéfice de l'ensem-ble des parties prenantes ;

-assumer ses responsabilités sociale, sociétale et environnemental.

 

 

Les outils de bases de la RSE à la SONATEL :

 

-la Charte de déontologie ;

 

-les outils de Bonne Gouvernance ;

 

-la Fondation (mécénat) ;

 

 

-la formalisation de la Mission : « Offrir sur le marché local et sous-régional la plus grande gamme possible de services de télécommunications, avec une qualité de service de standard international, à des tarifs les plus adaptés et contribuer ainsi à la croissance économique du pays".


-les plans d'actions sectoriels par parties prenantes

Bonne gouvernance = formalisation de la politique de bonne gouvernance d'entreprise - relations avec les investisseurs - formalisation de la politique de responsabilité sociale - management des risques - éthique

 

Clients = qualité de service et respect des engagements - contribution au développement économique et social - protection des enfants - protection des données - dialogue avec les clients

 

Collaborateurs = santé et sécurité - dialogue social - diversité - rémunérations et avantages - éthique

 

Fournisseurs = management éthique de la chaîne des fournisseurs - honorer les contrats et les délais de paiement - respect de la confidentialité

Parties prenantes sociétales =

contributions au développement économique et social

  • « Accès pour tous » à des produits & services innovants
  • Éducation, transferts de compétence et de technologie
  • Implication locale : création d'emploi, partenariat d'affaires
  • Soutenir des programmes solidaires pour améliorer le développement social, la culture

et l'éducation.

Santé & sécurité

  • Respecter les normes applicables, contribuer à la sécurité des personnes.
  • Déployer de manière responsable nos réseaux
  • Soutenir le secteur de la santé.

Relation avec les médias

  • Communiquer, Rencontre avec les médias

 

Environnement =

Accroître la qualité de vie et protéger la santé des clients, des employés et de la société en

général

  • Garantir le respect de la réglementation environnementale,

Contribuer à la limitation de la consommation de ressources naturelles

  • Adopter une stratégie sur la consommation d'énergie.
  • Développer la consommation d'énergies renouvelables: stations solaires