2007-11-09 - Coopération française : 800 millions de FCFA pour la Casamance en 2008


Dans ses perspectives pour l'année 2008, la coopération française au Sénégal a déjà retenu trois projets, notamment l'appui au développement local, économique et social, en Casamance. Il s'agira particulièrement d'appuyer les filières de production et les initiatives économiques qui répondent aux besoins des populations les plus touchées par la crise.

 

Trois importants projets sont inscrits dans les activités de la coopération française au Sénégal en 2008. Il s'agit notamment du projet d'appui aux administrations économiques et financières (Pafies), du projet d'appui à la Casamance dans le cadre d'un fonds social de développement pour un montant d'environ 800 millions de FCFA, et du projet UEEE destiné à appuyer l'université sénégalaise pour un montant de 2 millions d'euros (environ 1,3 milliards de FCFA) dans la perspective d'une professionnalisation des enseignements afin de fixer les étudiants et les aider à rester sur place et à créer leurs propres entreprises.

 

C'est une nouvelle approche de la coopération française envers le Sénégal qui, depuis 2006 est régie par contrat appelé document cadre de partenariat. Ce document, selon Jean - Luc Le Bras, chef du service de coopération et d'action culturelle, n'est pas propre au Sénégal, mais il intéresse également une trentaine d'autres pays de la zone de solidarité prioritaire. Le montant de l'aide public au développement de la France au bénéfice du Sénégal est de 130 millions d'euros (environ 84 milliards de FCFA). Et cette somme la France n'entend pas de la revoir à la baisse. Ce qui est plutôt Ce qui est plutôt envisagé c'est qu'elle soit un peu plus complémentaire de celle d'autres bailleurs de fonds, notamment de l'Europe et de certains partenaires bilatéraux comme l'Allemagne. Ce qui aussi dans les perspectives c'est le renforcement du caractère régional de la coopération française à partir de la plate-forme que constitue Dakar.

 

Le rapport d'activité pour l'année 2006 de cette coopération avec le Sénégal a été d'ailleurs rendu public hier, au cours d'une rencontre entre la presse et des responsables des différents services, notamment l'agence française de développement, et le service de coopération et d'action culturelle. Il s'est agit d'un échange sur l'éventail et l'ampleur de cette coopération entre le Sénégal et l'un de ses plus importants bailleurs la France. « L'idée de cette réunion était de donner l'information la plus large la possible sur la coopération bilatérale entre la France et le Sénégal, et aussi l'ampleur de la participation de la France au Développement du Sénégal ; l'éventail des interventions montrent que la France est très engagée aux côtés du Sénégal pour l'aider à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement », a indiqué M. Le Bras.

 

Les interventions sont centrées sur des secteurs de concentrations, à savoir l'éducation et la formation, mais aussi le développement économique, et les infrastructures. « Ce sont les trois grands secteurs de concentrations, mais pour autant nous n'oublions pas les secteurs du développement rural et celui de la santé qui sont pris en compte également dans le cadre de financements multilatéraux dans lesquels la France intervient, notamment le fonds de lutte contre le sida et la tuberculose, par exemple », a également souligné Jean -Luc Le Bras. Le Soleil 10/11/07